Notre top 5 des meilleurs dictaphones du marché

Arnaud publié le 17 janvier 2020 à 5h25.
Top du Top
Le VN-7800 : une autonomie maximale
  • Grande autonomie
  • Microphone intégré
  • Excellent restitution du son
  • Protection mini-housse capitonnée
Coup de coeur
DVT 400 : intuitif et performant
  • Robustesse du design en métal
  • Compatibilité Plug and Play avec Linux, Mac OS et Windows
  • Mémoire plus que suffisante
  • Interface épurée
  • Batterie Li-po intégrée
Qualité / Prix
ICD-PX370 : L'efficacité à petit prix
  • Déclenchement vocal
  • Bon rapport qualité/prix
  • Connecteur USB rétractable

Le dictaphone est un accessoire qu’il vaut mieux toujours avoir sur soi. Ses fonctionnalités en font un appareil utile aussi bien dans la vie privée que dans le travail. Il existe plusieurs types de dictaphone avec chacun sa particularité selon l’usage qu’on en fait.

En Bref

Les différentes fonctionnalités dont dispose un dictaphone en font un important accessoire aussi bien dans la vie professionnelle que pour la sphère privée. En effet, ce dernier sert facilement d’enregistreur ou de pense-bête. Vous pouvez donc l’utiliser pour enregistrer un cours, une interview ou un concert. Certains modèles permettent même de faire des podcasts d’une qualité exceptionnelle pour le web.

Pour bénéficier au maximum de ce type d’appareil, il est important de le choisir suivant des caractéristiques bien précises. Le premier paramètre à prendre en compte est la possibilité de brancher un micro externe sur le dictaphone. Ainsi, vous pouvez être sûrs d’avoir une haute qualité de son. Le second paramètre à prendre à compte est celui de l’autonomie. En dehors de ces deux aspects, il faut également tenir compte des connectiques disponibles ainsi que le type de mémoire utilisé. Choisir entre un modèle avec piles ou équipé d’une batterie est aussi important.

Le dictaphone reste un appareil disposant d’avantages indéniables, mais également de quelques limites. S’agissant des avantages, il faut souligner son poids léger ainsi que ses dimensions réduites en font un appareil qui peut être transporté partout. Mieux, ses fichiers peuvent se copier facilement.

Ce dernier s’utilise comme n’importe quel disque dur. Par ailleurs, le dictaphone est un appareil doté d’une bonne mémoire de stockage. Pour ce qui est des limites du dictaphone, il faut noter qu’il s’agit d’un appareil dont l’autonomie se réduit avec le temps d’utilisation. Avec un dictaphone, la prise de son dans un environnement bruyant n’est pas du tout évidente.

Le dictaphone n’est certainement pas un enregistreur comme les autres. Il dispose d’innombrables fonctionnalités et ne nécessite pas l’activation d’un écran ou la mise en route d’une application pour fonctionner. Il suffit de presser sur le bouton « ON » pour lancer un enregistrement.

Au nombre de cinq, les meilleurs modèles de dictaphones disponibles sur le marché se présentent comme suit :

  • le VN-7800 d’Olympus,
  • le DVT 4000 de Phillips,
  • le ICD-PX333.CE7 de Sony,
  • le ICD-TX 650B de Sony,
  • le ICD-PX370.

Avec ces appareils, vous avez l’assurance d’une utilisation adaptée à vos besoins.

Notre sélection

  1. Le VN-7800 d’Olympus : intelligent et facile d’utilisation
  2. Le DVT 4000 de Phillips : intuitif et performant
  3. Le ICD-PX333.CE7 de Sony : grande autonomie avec qualité sonore appréciable
  4. Le ICD-TX 650B de Sony : l’excellence de la miniature
  5. Le ICD-PX370 : maniable et fonctionnel
  1. Le VN-7800 d’Olympus : intelligent et facile d’utilisation

    Le VN-7800 d’Olympus dispose de 4 Go de mémoire soit l’équivalent de 2200 heures d’enregistrement. Il est alimenté par 2 piles AAA déjà fournies, d’une autonomie maximale de 80 h en mode PS continu. Le temps d’enregistrement maximal peut atteindre 2270 h en mode LP et 155 h en mode HQ.

    Ce dictaphone tient dans une poche avec son petit format. Il fait 3,7 x 1,9 x 10,4 cm (L x l x h) pour un poids de 66g. Le VN-7800 d’Olympus prend en charge les formats d’enregistrement audio DSS et CELP. Ce modèle propose la fonction mains libres qui se déclenche par la voix.

    D’autres fonctionnalités comme la gestion des dossiers et l’index de 16 points assistent l’utilisateur lors de la prise en main. Un écran LCD de 25 x 25 mm offre un affichage de qualité facilitant son déchiffrage. La qualité du son à la lecture est assurée par un haut-parleur de 2,8 cm de diamètre.

    • Grande autonomie
    • Microphone intégré
    • Excellent restitution du son
    • Protection mini-housse capitonnée
    • Absence de connectique pour PC
    • Absence d’indexation séparable
    • Pas de compresseur à l’enregistrement
    • Prix élevé
  2. Le DVT 4000 de Phillips : intuitif et performant

    Le DVT 4000 de Phillips se démarque des autres modèles de sa catégorie par les 8 Go que propose sa mémoire interne. En enregistrement ininterrompu, cette capacité permet de stocker des fichiers pendant plus de 2000 h. Sa mémoire est extensible jusqu’à 32 Go via une carte microSD. L’AutoAdjust+ est une fonctionnalité qui fait la particularité de ce dispositif.

    La netteté des enregistrements est quasi parfaite grâce à l’analyse du signal audio et à la configuration automatique des paramètres sonores (canaux audio, filtre anti-vent, sensibilité du microphone…) en fonction du cadre, par cette fonction intuitive. Cet appareil intègre 2 microphones stéréo ultra sensibles à la capture de signal pour parfaire davantage la qualité audio quel que soit le niveau des bruits dans un environnement.

    L’accès aux fichiers enregistrés ne requiert plus un autre logiciel grâce à la compatibilité de l’application Plug & Play de ce dictaphone avec Linux, MacOs et Windows.

    • Robustesse du design en métal
    • Compatibilité Plug and Play avec Linux, Mac OS et Windows
    • Mémoire plus que suffisante
    • Interface épurée
    • Batterie Li-po intégrée
    • Manuel peu explicite
    • Faible longueur du câble
    • Effet stéréo moyen
  3. Le ICD-PX333.CE7 de Sony : grande autonomie avec qualité sonore appréciable

    Le ICD-PX333.CE7 de Sony est doté de la fonction « activation vocale ». Les données enregistrées peuvent être transférées puis traitées sur ordinateur via un câble USB. La qualité de son est excellente grâce au filtre Intelligent Noise Cut intégré.

    La mémoire flash de 4 Go extensible peut stocker jusqu’à 1073 heures d’enregistrement en long play. Concrètement, cela correspond à 400 dossiers, soit environ 4074 heures d’enregistrement. L’un des atouts majeurs de cet appareil est sa grande autonomie de 96 h. Avec le logiciel Sound Organizer qui l’équipe, la qualité de son est optimale. Il est par ailleurs doté d’un microphone intégré et d’un port casque.

    L’écran LCD à cristaux liquides et les boutons constituent une interface facilement accessible et simple à manipuler. Ce dispositif est par ailleurs équipé du réglage de l’amplitude numérique (DPC).

    • Mémoire extensible
    • Filtre antibruit intelligent
    • Activation vocale
    • 96 h d’autonomie
    • Absence de rétroéclairage
    • Piles non rechargeables
    • Absence d’indicateur du volume vocal durant l’enregistrement
    • Bouton coulissant On/Off
  4. Le ICD-TX 650B de Sony : l’excellence de la miniature

    Le ICD-TX 650B de Sony peut être branché à un ordinateur par un connecteur USB. L’on peut compter parmi ses nombreuses fonctionnalités le contrôle de la hauteur de lecture numérique. Il est alimenté par une batterie Lithium-Ion qui se charge via USB. Le temps d’enregistrement maximal en format Mp3 est de 715 h et de 24,15 h en mode LPCM. La capacité de la mémoire flash est de 16 Go non extensible.

    Ce dictaphone dispose d’une sortie de casque, d’une fonction copie, d’un extracteur, d’un haut-parleur et d’un effaceur. Avec un poids plume de 29 g pour 2 cm de largeur, 10,2 mm de hauteur et 0,74 cm de profondeur, cet appareil se clippe discrètement sur le vêtement comme un micro-cravate.

    • Garantie fabricant
    • Taille miniature
    • 16 Go de mémoire interne
    • Faible durée de vie de la batterie
    • Absence de la fonction « augmentation voix numérique »
    • Défaut de câble pour ordinateur
  5. Le ICD-PX370 : maniable et fonctionnel

    Le ICD-PX370 de Sony qui fait aussi baladeur Mp3 fonctionne avec des piles alcalines AAA. En autonomie, l’utilisateur peut bénéficier de 57 h d’enregistrement avec une vitesse de 128 Kbits/s. Il permet d’enregistrer au format Mp3 avec une excellente qualité sonore.

    Le transfert des fichiers sur PC se fait très simplement par un connecteur USB rétractable. Un slot pour carte microSd est prévu pour rajouter de la capacité aux 4 Go de mémoire interne. Le son restitué est clair et exempt de bruit de fond grâce à la fonction « auto voice rec ».

    • Déclenchement vocal
    • Bon rapport qualité/prix
    • Connecteur USB rétractable
    • Petite police des caractères de l’écran
    • Ecran non rétroéclairé
    • Complexité du menu

Qu’il soit utilisé comme simple pense-bête ou destiné à sa principale fonction, c’est-à-dire enregistrer, le dictaphone doit être choisi en tenant compte de ses caractéristiques.

Généralement, l’on a besoin de ce type d’appareils comme enregistreur lors de conférences, d’interviews, de concerts ou encore pendant les cours. Certains s’en servent pour faire des prises de sons ou même pour réaliser des podcast audio sur internet. Dans tous les cas, il est important de considérer sa qualité audio.

Si vous avez besoin d’optimiser au maximum la qualité sonore, vous avez les modèles sur lesquels il est possible de brancher un micro externe. Il permet d’avoir un son HQ lors de l’écoute. Autrement, l’on peut avoir un rendu tout à fait satisfaisant avec les dictaphones avec micro intégré.

Ensuite, il faut voir l’autonomie de l’appareil pour s’assurer qu’il tienne au moins pour l’usage que vous prévoyez d’en faire. Il existe des modèles qui proposent plus de 50h d’autonomie en mode enregistreur de Mp3.

Avec la technologie, il y a maintenant des dictaphones qui démarrent au son de la voix et qui s’interrompent quand c’est le silence.

Le choix porte sur des modèles équipés de batteries d’accumulateurs autonomes et d’autres avec des piles. La capacité est aussi un point essentiel. Elle dépend de la mémoire, laquelle peut être flash, interne ou à puce. Lorsqu’on achète ce type de produit, il faut vérifier sa compatibilité ainsi que la connectique pour connaître les possibilités de transfert et d’exploitation des données sur un autre support.

Les avantages et les inconvénients

Doté de plus en plus de fonctionnalités, le dictaphone s’avère quasiment être un assistant personnel pour son utilisateur. Il se trimballe partout et se range facilement, même dans une poche, grâce à ses petites dimensions et son mini-poids. C’est un appareil compact, ultra facile à manipuler. Il s’utilise comme un disque dur externe. Les fichiers enregistrés dessus peuvent très bien être copiés sur un ordinateur pour être sauvegardés, modifiés ou mis en ligne…

Le dictaphone peut contenir un volume de données important malgré sa petite taille. Certains modèles ont une mémoire de stockage pouvant aller jusqu’à 8Go. Son inconvénient majeur est la perte d’autonomie au fur et à mesure de l’usage. Par ailleurs, l’on ne peut obtenir une bonne qualité du son qu’en l’absence de bruits de fond. Mais ce problème peut être facilement résolu avec les filtres antibruits qui équipent ce genre d’appareils.

Ce qui distingue ce dispositif d’un autre appareil enregistreur

A la différence d’une application dictaphone pour smartphone, le dictaphone numérique est un dispositif dédié, largement plus maniable et avec davantage de fonctionnalités. Vous n’avez pas besoin d’activer un écran ou de lancer l’application avant de pouvoir utiliser l’enregistreur. Le démarrage de l’enregistrement se fait via un simple bouton « ON ». En termes de mémoire, cet appareil propose tout de même une capacité beaucoup plus importante. Certains modèles ont une mémoire extensible avec une carte externe, généralement fournie avec l’appareil. Il se caractérise parfois par le fait d’être équipé d’un logiciel qui permet à l’utilisateur de basculer d’un fichier son à un fichier texte automatiquement.

Conclusion

Le modèle qui détrône tous les autres

Le DVT 4000 de Phillips combine des qualités et des fonctionnalités qui le sortent du lot. Les fonctions Plug and Play et AutoAdjust+ sont exclusives à cet appareil et ne se retrouvent dans aucun des 4 autres modèles.

Avec sa performance, cet appareil reste accessible à un prix compétitif. Il peut servir aussi bien comme enregistreur de voix que dispositif de prise de sons pour enregistrements musicaux, avec toujours un excellent rendu. C’est un dictaphone intuitif qui bénéficie des dernières technologies et dont la qualité sonore peut dépasser les attentes des utilisateurs.

Ses 8 Go de mémoire interne, encore extensible jusqu’à 32 Go, constituent déjà une bonne moyenne pour ce type d’appareil.

FAQ

Si vous avez des inquiétudes par rapport à l’utilisation d’un dictaphone, les informations suivantes vous aideront à mieux connaître l’appareil.

Est-il possible de réécouter ce qu’on a enregistré sans avoir recours à un casque ou à des écouteurs ?

Le dictaphone est un appareil qui est doté d’un haut-parleur intégré. Ainsi, sans même recourir à un périphérique externe vous avez la possibilité d’écouter les fichiers audios enregistrés sur l’appareil. Cependant, la qualité sonore ne risque pas d’être meilleure que celle obtenue avec des périphériques de sortie.

Lors d’enregistrement à partir d’un dictaphone, le fait de mettre en pause crée-t-il un nouveau fichier de sauvegarde ?

Le bouton de pause disponible sur un dictaphone a pour but unique de stopper l’enregistrement pour un temps donné. Cet arrêt n’est pas définitif. Ainsi, en appuyant à nouveau sur ce bouton, l’enregistrement reprend sur le même fichier de sauvegarde. Seul le bouton d’arrêt crée automatiquement un nouveau fichier d’enregistrement.

Comment fait-on pour paramétrer les langues sur un dictaphone ?

Les possibilités de paramétrages offertes par le dictaphone ne sont pas les mêmes d’un modèle à un autre. Toutefois, le paramétrage se fait généralement à partir de la section « Paramètres » de l’interface du dictaphone. Le choix de la langue influe aussi bien sur les menus que sur les noms des dossiers et des fichiers.

Est-il possible lors d’un enregistrement d’avoir un retour du son enregistré à l’aide d’un casque ?

L’option « retour casque » se retrouve généralement sur les caméras ou les enregistreurs un peu plus sophistiqués. Les dictaphones n’en possèdent pas du fait de leur simplicité. Pour écouter votre enregistrement, vous devrez attendre la fin de ce dernier afin de pouvoir le réécouter.

Comment fait-on pour recharger un dictaphone ?

La possibilité de recharge n’existe que sur les dictaphones utilisant une batterie comme alimentation. Pour recharger ces derniers, vous pouvez soit vous servir d’un adapteur sur secteur, d’un chargeur de batterie ou d’une station d’accueil. Il s’agit d’un type de chargeur qui s’utilise sur le dictaphone par l’intermédiaire d’un câble doté de la connexion USB.